La formation: une arme pour briser le cercle de la pauvreté et de la criminalité

Pour briser ces cercles vicieux il est important que les prisonniers ne soient pas exclus mais soutenus et formés. En découvrant leurs qualités ils découvrent qu’ils n’ont pas besoin d’exercer leur pouvoir sur les autres pour être “quelqu’un”. Ils apprennent à faire des choix constructifs et à donner à leurs enfants un foyer plus chaleureux que ce qu’ils ont connu eux-mêmes.

A l’aide de la formation PRH une meilleure vie est possible pour eux aussi.

Paulus Maria Marfurt et ses collègues formateurs accompagnent des prisonniers vers leur réintégration dans la société. Les prisonniers avec qui ils travaillent sont souvent des personnes qui vivaient dans la pauvreté et l’exclusion et qui ont connu le monde de la drogue et de la criminalité. A l’aide de sessions de formation et d’un accompagnement individuel, ils les soutiennent pour reprendre pleinement et de manière positive leur place dans la société.

Témoignages 

Nous vivons et travaillons parmi des gens qui parlent soit le Pidgin, soit l’anglais restreint. Beaucoup d’entre eux sont toxicomanes.

Après une brève scolarité ils ont rapidement touché à la marijuana, qui se cultive très facilement ici et qui est connu comme “l’or du PNG”. Ils fument, essaient de revendre la marijuana ou de l’échanger contre des fusils. Ils boivent et font des hold-ups. Que peuvent-ils faire d’autre ? Apparemment il n’y a pas de travail, pas d’avenir pour eux. En tant que toxicomanes, ils ont été exclus de leur communauté. A leurs yeux, leur vie n’a plus de sens. Nous recherchons ces jeunes et nous leur donnons une formation.

Paulus Maria Marfurt: 40 d’entre eux se sont relevés et se sont engagés dans un travail bénévole. Ils sont à nouveau intégrés dans leur communauté et ils expriment tous combien ils ont été aidés par les sessions PRH.

Grâce à PRH ils ont trouvé une nouvelle vie. Ils ont retrouvé un sentiment de valeur et de bonheur. Certains ont eu une jeunesse brisée; nous essayons de les accompagner dans leur vie. Bien sûr il y en a qui retombent parfois dans la marijuana et la boisson, mais ils reviennent et se prennent en main. Ils ne perdent plus espoir. Six sessions sont maintenant traduites en Pidgin, et la plupart en anglais restreint. Nous sommes très reconnaissants pour votre contribution au travail de traduction qui n’est jamais terminé et nous vous disons un grand merci.

Papoea
Quel est le coût de ce projet?

Ce projet de formation coûte 1.000 euros par an.

Contacteer ons

Met dit formulier stuur je ons automatisch een mail. We antwoorden je zo snel mogelijk. Vul bij 'Enter Captcha' de gekleurde tekst in.

Not readable? Change text.

Start typing and press Enter to search